Retour sur la Loi Duflot et l’investissement dans l’immobilier locatif


loi Duflot

Investir dans le locatif avec la Loi Duflot etait particulièrement intéressant par le passé. Retour sur la Duflot qui a remplacée la Pinel qui elle même avait déjà été remplacée par la loi Scellier.

Voici quelques éléments qui pourraient vous éclairer sur cette loi.

La loi Duflot, adoptée par le Parlement en décembre 2012, succèdait au dispositif mis en place par la Loi Scellier. Elle permettait, à ceux qui investissent dans le locatif, de bénéficier d’une réduction de l’impôt sur le revenu, équivalant à 18 % du montant de l’investissement réalisé. A l’heure où les taux d’intérêt baissaient, cet investissement paraissait particulièrement avantageux.

Pourquoi investir avec la loi Duflot ?

La réduction d’impôt accordée etait intéressante. Elle s’élèvait à 18 % de l’investissement immobilier et était étalée sur une période de neuf années.

Le marché du logement locatif était saturé. Aussi la construction de logements neufs voués à la location, était sans conteste un secteur d’investissement rentable pour les années à venir.

Par ailleurs, le besoin en logements sociaux allait relancer d’autant plus, la construction d’immeubles neufs.

Aujourd’hui, dans le domaine de l’immobilier, les taux d’intérêt connaissent une baisse significative. Cette situation rendait donc particulièrement attractif l’investissement dans la pierre. Selon l’investissement réalisé, la réduction d’impôt générée par le dispositif de la loi Duflot pouvait atteindre 6 000 € par an.

Conditions particulières d’application de la Loi Duflot

Certaines conditions s’appliquaient au bénéfice de cette nouvelle disposition, entre autres :

  • Le logement acquis devait être loué, pour une période de 9 ans minimum, dans les 12 mois qui suivent l’achèvement des travaux, ou son acquisition.
  • Le logement devait être acquis dans une zone éligible : zone A, zone A bis, zone B1 ou zone B2, définies par la loi.
  • Chaque contribuable ne pouvait acquérir, dans le cadre de cette loi, que deux logements par année fiscale, dans la limite de 300 000 €.

Ces obligations laissaient ce dispositif très attractif. C’est pourquoi investir avec la loi Duflot était dans le passé très intéressant.